Les magnifiques.

par June  -  18 Août 2013, 10:14

Les magnifiques, ils parlent trop et même quand ils ont l'air stupide, c'est d'impudeur qu'ils sont beaux et de partage qu'ils sont cupides. Quand ils se déversent en sanglots, les mots sont souvent inutiles. Bien sûr qu'ils mentent comme ils respirent quand ils se jurent des avenirs ! Car ils savent trop bien ce que l'amour ici, fait à ceux là qui s'aiment, en séparant les corps. Elle leur donne pas la mort, elle leur reprend la vie, oui. Les navires échoués, se ramassent à la pelle ! Et toi tu leur ressembles quand tu dis que tu m'aimes ! Tu finiras, bientôt, déchirée par les flots, qu'y noieront d'ouragans dans tes yeux les sanglots. Quand ils s'unissent dessous les cieux, quand ils se bavent par les yeux, ils se parlent de ces amours qui font faire les tristes chansons. Ils ont des airs de religieux quand ils se disent leurs prénoms, ils se disent qu'ils seront éternels et pire encore ils le croient ! Qu'ils emporteront dans la tombe, leur cathédrale sera le monde ! Mais ils finiront comme tout le monde, oui bien seuls à pleurer pour l'autre ! Dans le bouillon des déferlantes, dans le tourbillon des pleurantes, dans le mourant des amours mortes au grès du temps qui les escortes. Ils se déversent, ils me dégoûtent et pourtant putain qu'ils sont beaux ! Que même leur bêtise fait bien, oui qu'elle fait bien sonner les mots ! Qu'on dirait les musiques que j'ai jamais su faire, qu'on dirait que Paris à été fait pour eux. Les magnifiques sont magnifiques quand ils se chantent leur quantique. Au pont des arts, y a des regards qui font que la vie semble belle ! Mais la vie est cruelle, et elle bouffera, bientôt, les promesses aux promises par dessus le bateau, oui ! Les navires échoués se ramassent à la pelle ! Et toi tu leur ressembles quand tu dis que tu m'aimes ! Tu finiras bientôt déchirée par les flots qu'y noieront d'ouragans dans tes yeux les sanglots. Les navires échoués se ramassent à la pelle ! Ils sont beaux ils sont tristes quand ils se jurent le ciel ! Alors ne jure rien, ne dis rien mon amour. Et laissons faire la nuit, jusqu'au lever du jour. Quand soudain l'un d'entre eux, décide d'en finir; car toujours dans la vie l'un doit partir avant l'autre ! que ce soit par la mort, ou par la gaieté du cœur, ou pour aller voir au port quelques marins sans cœur, ou pour mieux dans mon cas, pour quelques filles de joie, juste parce que c'est bon d'être tout seul parfois; eux ils crucifient l'autre à qui ils on juré : bon dieu ! Quand il s'acharne sur son corps, comme s'acharnerait la mort. Mais il est déjà mort ! ça y est ! ça y est tu peux partir à d'autres bras tendus, aller vendre ton sourire ! Les magnifiques meurent comme un sanglot perdu, au fond des océans les corps des disparus ! Les navires échoués se ramassent à la pelle ! Et toi tu leur ressembles quand tu dis que tu m'aimes ! Tu finiras bientôt déchirée par les flots qu'y noieront d'ouragans dans tes yeux les sanglots ! Les navires échoués se ramassent à la pelle ! Ils sont beaux, ils sont tristes quand ils se jurent le ciel ! Alors ne jure rien, ne dis rien mon amour ! Et laissons faire la nuit, jusqu'au lever du jour.

Derek dit toujours que c’est bien de terminer un devoir par une citation, il dit que quelqu’un a déjà dû en faire une bonne, si on ne peut pas faire mieux, autant la lui emprunter carrément !

American History X

Alors en ce moment je laisse les oeuvres parler pour moi.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :